Follow @MezennerFateh
The French Com | Sid Ali (PDG Chourfa.com) : « Etre salarié n’est pas une étape nécessaire pour devenir entrepreneur. »
16235
post-template-default,single,single-post,postid-16235,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.2.3,vc_responsive,elementor-default

Sid Ali (PDG Chourfa.com) : « Etre salarié n’est pas une étape nécessaire pour devenir entrepreneur. »

Sid Ali (PDG Chourfa.com) : « Etre salarié n’est pas une étape nécessaire pour devenir entrepreneur. »

En pleine ébullition, le marché algérien du web s’apprête à entrer dans une nouvelle ère depuis l’ouverture (progressive) du paiement en ligne par les autorités. Dans cet environnement propice, certains acteurs ont choisi de se spécialiser dans la vente en ligne en Algérie, à l’image de Chourfa.com. The French Com vous emmène à la rencontre de son dirigeant Sid Ali. Focus.

I) Le dirigeant :

– Quel est votre cursus scolaire ?

Alayka salam wa rahmatoullah wa barakatuh. Tout d’abord merci à Fateh pour cette interview. 
Concernant le cursus scolaire, j’ai suivi un parcours classique : des études trop générales jusqu’au bac et trop théoriques juste après. Rien pour devenir entrepreneur et encore moins pour travailler dans le web.

Dans le business pour savoir si tu as fait une bonne affaire il ne faut pas regarder uniquement ce que tu as obtenu, mais aussi et surtout ce que tu as donné en échange. Tu rentres à l’école à 6 ans, tu en ressors à 21 ans, tu as donné 15 ans de ta vie, en échange de quoi tu sais lire, écrire avec des fautes et tu as un peu de culture générale… dans le business on appelle ça une mauvaise affaire. 

Je suis critique à l’égard de l’école mais pas à l’égard de l’apprentissage. Il est essentiel d’apprendre avant d’entreprendre. 

J’ai commencé par me former au webmarketing en 2008 à travers la lecture de blogs et d’ouvrages spécialisés principalement en anglais. La même annnée, j’ai lancé ma première boutique en ligne (hanut-ul-muslim.com revendu depuis), cela m’a permis de mettre en pratique ce que j’apprenais dans les livres. 

En 2010, j’ai lancé un blog dédié au e-commerce (astuce-ecommerce.com qui n’existe plus aujourd’hui et qui a été remplacé par le blog sur mon site Alifconception.com/blog), j’y ai rédigé environ 300 articles sur les techniques de marketing liées au e-commerce. C’est cela qui a été le plus formateur pour moi.

En 2013, j’ai commencé l’apprentissage du développement web et de la programmation avec Java. Je me suis formé sur le site de https://openclassrooms.com qui font vraiment un très très bon travail. En parallèle, je me suis lancé dans un gros projet : le développement d’un logiciel, afin de pouvoir mettre immédiatemment en pratique sur que j’apprenais avec Java. En quelques mois j’ai pu sortir le robot Alif Publicator :https://alifconception.com/alifpublicator/ qui a été un succès par la grâce d’Allah.

La constante dans mon apprentissage, c’est d’avoir toujours mis immédiatement en pratique ce que j’apprenais

– Quel est votre parcours professionnel avant de devenir le chef d’entreprise que nous connaissons ?

Avant de devenir chef d’entreprise ? Rien. J’ai fini mes études en 2008 et c’est la même année que j’ai lancé mon premier e-commerce el hemdoulileh. Je n’ai donc jamais été salarié. Etre salarié n’est pas une étape nécessaire pour devenir entrepreneur.

En ce qui concerne mon parcours en tant qu’entrepreneur, j’ai donc ouvert hanut-ul-muslim.com en 2008, j’ai gardé ce site 4 ans ou un peu plus peut être. Pendant cette période j’ai lancé les Editions Taslim avec lesquels j’ai édité notamment les livres « Les Tomes de Médine »  qui est une méthode de langue arabe qui est d’ailleurs toujours disponible dans le commerce aujourd’hui.

En 2009, j’ai ouvert un center de vitres teintées pour voiture Blackauto.fr, je m’étais positionné en première position sur le mot clé “vitre teintée” ce qui a permis à la société de très bien marcher dès le début machaAllah, j’ai revendu le site 6 mois plus tard.

En 2011, j’ai lancé l’Agence Tijara spécialisée dans la conception de site e-commerce (qui a été remplacée par l’offre dédiée aux e-commerces sur Alifconception.com)

En 2012, je me suis associé dans deux gros projets e-commerces un dédié à la vente de pièces détachées noscomptoirs.com et un dédié à l’électroménager et l’informatique. Sur noscomptoirs.com, en plus d’avoir des parts dans le projet, j’étais en charge du référencement du site, j’ai réussi à positionner le site en 3ème position sur la requête la plus recherchée du secteur “pièce auto” juste derrière Oscaro machaAllah. L’aventure a tourné court car l’entreprise qui détenait la majorité des parts dans le projet a fait faillite et le site a finalement fermé.

Après cela, je me suis concentré sur le site Alifconception.com qui propose un panel de produits et de services exclusivement dédiés aux e-commerçants. Le site se divise en 3 départements :

– Création de site e-commerce
– Marketing (On propose notamment des formules annuelles pour prendre en charge l’intégralité du marketing des sites de nos clients avec une stratégie en 3 volets : acquisition, rétention et transformation.)
– Formation

Et enfin depuis deux mois el hemdoulileh, j’ai mis en ligne le site Chourfa.com dédié au marché algérien.

II) Actif entrepreneur :

– Présentez-nous le concept de Chourfa.com :

Chourfa.com est un site e-commerce dédié au marché algérien qui propose la vente et la livraison de produits dans les catégories suivantes : électroménager, pièces détachées automobile, informatique, téléphone portable.

Le site est pour l’instant en phase de pré-lancement, c’est à dire que le site est en ligne et fonctionnel par contre les ventes ne sont pas encore activées et le catalogue produit (qui comporte déjà 848 produits machaAllah) n’est pas totalement fini. Cette phase de pré-lancement comporte plusieurs avantages :

– Commencer à se constituer une base de prospects puisque les visiteurs du site sont invités à laisser leur adresse e-mail pour recevoir une réduction le jour du lancement inch’Allah

– Commencer sans tarder le travail de référencement.

– Quelles stratégies de communication comptez-vous utiliser pour vous faire connaître ? 

Avec mon équipe de Alifconception nous avons commencé à mettre en place pour Chourfa.com la même stratégie qui est utilisée avec les sites e-commerces de nos clients et que j’ai déjà citée plus haut. C’est une stratégie marketing en 3 volets : acquisition, rétention et transformation. On a l’habitude de la mettre en place et elle a déjà donné de très bon résultats machaAllah. On fait les causes et le succès dépend d’Allah.

 

– Comment le e-paiement évolue en Algérie ? Comment faites-vous pour pallier à ce manque ?

Le paiement en ligne est inexistant en algérie (excepté pour quelques grands comptes). Lorsqu’on lit dans les journaux algériens “le e-paiement” a été lancé à telle date, le “e-paiement” ceci et cela… il faut savoir qu’ils visent par là le paiement électronique, c’est à dire la possibilité de payer avec une carte bancaire dans une boutique physique à l’aide d’un terminal. Le e-paiement ne veut pas dire le paiement en ligne. Le e-paiement veut dire le paiement avec une carte bancaire et pour l’instant, il est impossible de payer avec une carte bancaire sur un site e-commerce algérien.

Ceci dit, la vente par correspondance (puisque le e-commerce c’est avant tout de la vente par correspondance) a existé bien avant internet et donc bien avant l’existence du paiement en ligne. En france, les sociétés La Redoute et Les 3 Suisses ont connu des années d’or dans les années 90. L’absence de paiement en ligne n’est donc pas une barrière en soi, même s’il est vrai que cela facilite grandement le processus de paiement.

Dans la pratique, en Algérie il est possible de se faire payer par virement sur un compte CCP ou alors en cash à la livraison.


III) Regard d’un chef d’entreprise

– Quelles sont vos plus grandes satisfactions depuis que vous êtes chef d’entreprise ?

D’être libre et de pouvoir agir en conscience. 

– Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer en temps que chef d’entreprise ? 

Aucune sans qu’elle n’ait été par la suite un bien el hemdoulileh. Un échec dans le commerce c’est toujours une réussite car on en ressort toujours plus savant.

– Quelles sont, selon vous, les 3 qualités que l’on doit retrouver chez un bon chef d’entreprise ?

Celle que le prophète salallahou alayhi wa sallam a recommandé aux commerçants : craindre Allah, faire preuve de piété et être véridique (voir hadith n°1210 dans Sounan de Tirmidhi, authentifié par Cheikh Albani).

– Pour terminer, quel(s) conseil(s) donneriez-vous à vos pairs (entrepreneurs) ?

De se former et d’apprendre, car la science est la base de toute chose, d’être véridique et d’invoquer Allah car la réussite provient de Lui uniquement. 

Pour finir ne pas se laisser déborder par son travail car lancer un business c’est prenant et on a vite fait de se retrouver à délaisser tout le reste et a oublier le principal, il y a une belle parole de Ibn Al Qayyim Al Jawziyyah qui illustre très bien cela : 

“Les hommes qui ruinent leur santé pour gagner de l’argent et qui ensuite dépensent cet argent pour retrouver leur santé. A penser trop fort au futur, ils en oublient le présent. Au point qu’ils finissent par ne vivre ni au présent ni au futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu.”

No Comments

Post A Comment