Follow @MezennerFateh
The French Com | Pourquoi le marketing ethnique doit être réinventé
631
post-template-default,single,single-post,postid-631,single-format-standard,siteorigin-panels,siteorigin-panels-before-js,ajax_updown,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.2.3,vc_responsive,elementor-default

Pourquoi le marketing ethnique doit être réinventé

Pourquoi le marketing ethnique doit être réinventé

Avec le développement du marché des produits et services à destination des minorités ethniques, de plus en plus de firmes assument leur identité et affichent leurs différences. En sortant de la seule presse spécialisée et en communiquant sur des médias plus généralistes (vous vous souvenez peut-être d’une marque de Halal qui a acheté de l’espace publicitaire sur les chaînes TV hertziennes à une heure de grande écoute), ces entreprises osent le pari de l’universalité et de l’ouverture. Le risque de dispersion est plus fort certes, mais le potentiel bien plus important pour capter l’audience. Mais l’essentiel est en réalité ailleurs. En changeant ses canaux de communication (passage d’une communication ciblée ou sélective à une communication de masse), la firme engagée dans le marché de l’ethnique envoie finalement un message beaucoup plus fort à ses clients : « vous êtes comme les autres, vous n’êtes pas une minorité, nous ne vous stigmatiserons pas ».

Good. Very good même.

agence de communication éthique

Malheureusement, dans le même temps, le contenu n’a pas vraiment changé. Slogans à la limite de l’abrutissement, publicités tutoyant le cliché raciste, visuels et messages cantonnés au 1er degré, bref, rien de bien valorisant. Bad. Very bad même.

Pourtant, et les agences de marketing de ces entreprises sont censées le savoir, les profils des consommateurs ethniques ont bien changé : meilleure intégration dans le pays, meilleure accès à l’éducation, études supérieures plus longues, emplois bien plus qualifiés (cadres et CSP +), revenus supérieurs à ceux des parents, évolution des modes de consommation, etc…

« Censées » seulement oui, car il semblerait qu’il y ait un écart assez grand entre les besoins des clients et les « représentations » que se font les agences de communication de ces derniers. Réalisent-elles des études sur les profils de ces nouvelles générations de consommateurs ethniques ? Connaissent-elles réellement leurs attentes et leurs attentes ? Leur pouvoir d’achat ? 

Pour toutes ces raisons, il est clairement le temps de repenser le marketing ethnique.

Et The French Com s’y est déjà mis. Good, very… ?

No Comments

Post A Comment