Follow @MezennerFateh
The French Com | Interview de Zakaria, gérant de la marque de Qamis Orslane Paris
16257
post-template-default,single,single-post,postid-16257,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.2.3,vc_responsive,elementor-default

Interview de Zakaria, gérant de la marque de Qamis Orslane Paris

Interview de Zakaria, gérant de la marque de Qamis Orslane Paris

Ça n’est un secret pour personne, le Qamis se diversifie et s’adapte au fil du temps, tant dans ses couleurs que dans ses coupes. Pour toujours faire de cet habit un vêtement à la hauteur de ceux qui le portent, Orslane Paris s’est lancé dans le concept des Qamis haut de gamme, grâce à un subtil mélange de nouveauté, de tradition et d’originalité. Avec un amour certain pour l’avant-gardisme et l’élégance, son fondateur, Zakaria Orslane, nous délivre une partie de ses secrets.

– Quel est votre cursus scolaire ?

Je n’ai pas été très loin dans les études . J’ai obtenu un baccalauréat ST2S, puis j’ai tenté à maintes reprises d’intégrer un Institut de Formation en Soins Infirmiers, mais en vain.

– Quel est votre parcours professionnel avant de devenir le chef d’entreprise que nous connaissons ?

Avant de débuter cette aventure, j’ai travaillé en Mairie pendant quelques années en tant qu’animateur socioculturel et périscolaire. J’ai également enchaîné des petits boulots tels que chauffeur VTC ou encore livreur.

– Comment vous est venue l’idée de devenir chef d’entreprise ?

Cette idée m’est venus après un long de temps de réflexion, où il a fallu que je pèse le pour et le contre entre la situation que j’avais et celle que j’allais avoir. Un sentiment de sécurité se trouvais dans mon emploi en mairie, et celui d’incertitude se trouvais de l’autre côté. Mais le fait de ne dépendre quasiment que de soit et de ne plus dépendre d’autrui à pesé lourd sur la balance, et j’ai donc fais mon choix.

– Quel type d’entrepreneur êtes-vous ?

Je dirais un entrepreneur audacieux qui aime le goût du risque.

– Quels sont vos 2 plus grandes qualités ?

Selon moi, mes 2 plus grandes qualités sont : la patience, et l’optimisme.

– … vos 2 plus gros défauts ?

Ma spontanéité, et mon manque d’organisation.

– Vous êtes à l’origine de Orslane Paris. Comment vous est venue l’idée de ce concept ?

Cette idée m’est venue suite à un problème rencontré lors d’une fête religieuse. Effectivement, en ce jour de fête, je voulais porter sur moi un vêtement digne de ce que représente cette journée. Ayant fait le tour des boutiques, sans trouver ce que je recherchais, j’ai alors constaté que chez nous en Ile de France, j’irais même jusqu’à dire en France ou en Occident, on ne nous proposait que des sarouels ou des qamis bas de gamme. Après avoir fais ce constat, j’ai donc décidé de lancer Orslane Paris, une marque de vêtement spécialisé dans le Qamis haut de gamme pour homme, afin de proposer à la meilleure des communauté un choix supérieur.

– Quelles stratégies de communication allez-vous utiliser pour vous faire connaître ? 

Pour commencer, notre stratégie commerciale se basera surtout sur les réseaux sociaux, pour toucher un maximum de monde. Puis nous envisageons de mettre en place des partenariats avec des boutiques physiques et des e-boutiques spécialisées dans la vente de produits destinés à la communauté musulmane pour cibler des personnes plus spécifiques.

– Parlez-nous un peu de votre modèle économique ? Est-il rentable ?

Notre objectif principal est de s’installer sur le marché du qamis et de devenir un des leader sur le Qamis haut de gamme. Nous voyons ce projet sur du long terme, autant dire que la rentabilité ne sera pas visible immédiatement .

– Quels sont vos futurs projets en tant que chef d’entreprise? Tourneront-ils toujours autour de la communauté musulmane ?

En tant que chef d’entreprise , je souhaiterais à l’avenir pouvoir m’implanter a l’étranger, principalement au Moyen-Orient et au Maghreb.

– Quelles sont vos plus grandes satisfactions depuis que vous êtes chef d’entreprise ? Vos plus grandes désillusions ?

Depuis que je suis chef d’entreprise , mes plus grandes satisfactions sont : de voir des clients satisfaits après tout le travail fourni sur un produit, et la liberté que possède un chef d’entreprise, que ce soit dans ses mouvements ou dans sa créativité.

– Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer en tant que chef d’entreprise ? 

Les difficulltés que j’ai pu rencontrer ont été nombreuses depuis mes débuts en tant que chef d’entreprise, comme par exemple : les délais de fabrication ou de livraison non respectés, le manque de moyens, les difficultés administratives …

– Quelles sont, selon vous, les 3 qualités que l’on doit retrouver chez un bon chef d’entreprise ?

Selon moi, les 3 qualités que l’on devrait retrouver chez un chef d’entreprises sont : la patience, la persévérance et la lucidité.

– Pour terminer, quel(s) conseil(s) donneriez-vous à vos pairs (entrepreneurs) ?

Je conseillerais à n’importe quel nouvel entrepreneur, de toujours croire en son rêve et de ne jamais baisser les bras, et de faire de chaque erreur commise un atout pour le futur.

Propos recueillis par Fateh Mezenner, pour The French Com

No Comments

Post A Comment